Février 2018

L’équipe de CREER n’a pas été touchée par « l’Ukraine fatigue », terme que la presse emploie pour désigner cette lassitude qui devrait nous gagner à l’évocation de l’Ukraine.

Bien au contraire, nous nous sommes longuement plongés au coeur de ce pays, « amoureux à l’excès, d’un bien profitable à tous , la liberté » comme l’écrivait Voltaire, pour en comprendre l’histoire et le processus de formation de la construction nationale. Une construction nationale qui n’est pas encore achevée aujourd’hui, et se poursuit en fouillant son passé ou ses passés devrait-on dire. Car l’Ukraine actuelle ne saurait être abordée sans l’analyse approfondie de ses héros nationalistes, tel Stepan Bandera, dont la concurrence influence la géopolitique actuelle du pays.

Une autre influence dans la politique intérieure du pays est à attribuer aux ONG occidentales et russes, qui s’y livrent une « bataille  silencieuse », faite de soft power, de réseaux de think tank et dont les stratégies d’influence ont évolué depuis les révolutions de couleur, sous les yeux d’une société civile ukrainienne restée méfiante.

Une composante de cette société, ultra-nationaliste et d’extrême-droite a entrepris de se digitaliser pour séduire sa jeunesse. Nul autre parti politique ukrainien n’a compris la cyber propagande autant que le National Corps, le parti d’extrème-droite fondé par le régiment Azov. Une stragégie politique 2.0 qui pourrait faire des émules parmi les partis plus traditionnels.

Enfin, nous avons rencontré l’historien et professeur spécialiste de l’Ukraine, Eric Aunoble, qui a bien voulu répondre à nos questions sur l’actualité brûlante de ces dernières semaines : l’aide américaine et les armes létales, la corruption, et bien d’autres sujets.

Ce focus ukrainien fait de mots et d’images, entre passé et présent, constitue plusieurs centaines d’heures de recherches et de travail par leurs auteurs, indépendants et bénévoles, tous heureux de partager avec vous une information claire et objective. Souhaitons-la la plus constructive possible !

Carole Grimaud Potter