Par Tiruhi Galstyan

Le 5 mars 2018, à l’Université de Genève, a eu lieu une conférence organisée par le Global Studies Institute et tenue par un grand spécialiste de l’histoire soviétique, le Professeur Gabriel Gorodetsky.

Spécialiste de l’histoire soviétique, de la politique extérieure de l’URSS et des relations entre la Grande-Bretagne et l’URSS, il est l’auteur de plusieurs ouvrages, parmi lesquels Le grand jeu de dupes. Staline et l’invasion allemande et The Maisky Diaries: Red Ambassador to the Court of St James’s, 1932-1943. Ces deux ouvrages, ayant une signification fondamentale, ont été présenté durant la conférence.

Dans son premier ouvrage, G. Gorodetsky présente les actions de l’homme politique Staline en fonction de deux thèses. La première évoque le fait que Staline avait prévu l’invasion de l’Allemagne selon un plan bien défini. De ce point de vue, la politique allemande s’analyse comme une conséquence de la politique stalinienne brillante, parfois perçue comme diabolique. En revanche, la seconde thèse estime que Staline s’est complètement trompé dans l’analyse de la situation et n’a pas compris ce qui était en train de se passer. G. Gorodetsky parle également de la méfiance que Staline avait vis-à-vis de la Grande-Bretagne.

La conférence, principalement consacrée au journal d’Ivan Maïski, évoque certains faits historiques de la diplomatie soviétique et de la terreur stalinienne. La version anglaise du journal a été publiée en 2015, alors que la version française n’est parue qu’en 2017. La valeur de ces écrits est indiscutable, car il s’agit du seul journal dont on soit en possession qui fut écrit durant la période des purges staliniennes.

Membre des Mencheviks, adversaires des Bolcheviks, Ivan Maïski adhère en 1921 au régime soviétique et devient ambassadeur de l’URSS en Grande-Bretagne en 1932. En tant qu’homme soviétique, il ne partageait pas le même point de vue que Staline sur la politique étrangère à mener. Si Staline voyait une menace vis-à-vis de la Grande-Bretagne, Maïski estimait que le seul danger pour l’URSS était l’Allemagne. Ce dernier est finalement arrêté quelques semaines avant la mort de Staline en 1953, accusé d’être un espion britannique. Il est libéré après la mort de Staline, mais son journal est confisqué.

G. Gorodetsky est tombé sur ce journal par hasard, alors qu’il travaillait sur les relations israélo-soviétiques dans les archives soviétiques. Ce document qu’il nous présente aujourd’hui dans une édition brochée inclut des conversations diplomatiques ayant eu lieu dans l’entre-deux-guerres et de nombreux détails concernant la signature du pacte Molotov-Ribbentrop, l’invasion de la Russie par l’Allemagne, etc. Maïski y mentionne les politiciens qu’il a côtoyés (comme Churchill, Chamberlain) dont les noms sont liés à l’histoire de la Deuxième Guerre mondiale, et le travail d’édition a considérablement enrichi l’ouvrage de photos.

 

Note:

La conférence aura également lieu à Londres le 5 avril

http://carnegieendowment.org/2018/04/05/meddling-how-to-win-friends-and-influence-people-ivan-maisky-soviet-ambassador-in-london-1932-43-event-6847