Par Valérie Geneux

Serbie. Après ne pas s’être présenté à la lecture de son verdict par le TPIY, le député serbe V. Seselj fait encore parler de lui. Condamné à dix ans de prison pour avoir tenu des discours nationalistes incitant à des crimes envers les populations non serbes dans la région de Voïvodine en Serbie en 1992, V. Seselj refuse de quitter son poste de député au parlement bien que les faits qui lui sont incombés soient incompatibles avec sa fonction. Plusieurs ONG, dont Youth Initiative for Human Rights (YIHR), ont d’ailleurs manifesté devant le parlement mercredi 18 avril 2018 afin de demander son départ immédiat. La loi serbe prévoit l’arrêt du mandat d’un député si ce dernier est condamné à une peine de prison de six mois ou plus.

Une délégation de députés croates a aussi fait les frais de la brutalité de V. Seselj. En effet, mercredi 18 avril 2018, lors d’une séance au parlement, ce dernier a insulté d’ « Oustachis »[1] la délégation croate et a piétiner leur drapeau. Les députés croates qui avaient rencontré la veille le président serbe A. Vucic ainsi que la première ministre A. Brnabic ont mis fin sans délai à leur visite à Belgrade.

V. Seselj ne s’est pas arrêté là et a annoncé un grand rassemblement à Hrtkovci le 6 mai prochain afin de fêter l’anniversaire du discours nationaliste pour lequel il a notamment été condamné la semaine dernière. Néanmoins, le ministre de l’Intérieur, N. Stefanovic, a annoncé le vendredi 20 avril 2018 que le rassemblement prévu par V. Seselj ne sera pas autorisé. Ce dernier a déjà déclaré que la manifestation aura lieu et affirme ne pas se soucier de l’interdiction prononcée par les autorités.

[1] Les Oustachis, mouvement séparatiste croate durant la Seconde guerre mondiale, étaient fascistes, antisémites et anti-yougoslaves.