By Alexey Mayorov

Le 28 janvier 2019, alors que la guerre dans l’est de l’Ukraine dure presque quatre ans et demi, le ministère des finances des Etats-Unis lève ses sanctions restrictives, fermant l’accès au marché occidental, sur Rusal, une firme russe et l’un des principaux fournisseurs mondiaux d’aluminium. Cette décision fut prise en pleine campagne d’investigation de l’implication russe dans les élections américaines, et fut une décision controversée, mais prise grâce au fait que Oleg Deripaska, un oligarque russe proche de Vladimir Poutine et sous sanctions occidentales depuis 2014, a quitté la direction du groupe. Deripaska n’est pas un acteur inconnu de l’élite russe – il a pu monter dans la nouvelle élite durant les années 1990, après la fin du régime communiste, grâce à Lev Chernoy, un personnage connu des services d’investigation américains pour crime organisé et représentant en quelque sorte la « mafia russe » à l’étranger[1]. Ces deux personnages se retrouvent être les patrons d’un système clientéliste qui s’est développé sur l’espace post-soviétique.

Le clientélisme est un rapport relationnel entre des acteurs ayant des statuts économiques et sociaux inégaux (patron et client), reposant sur des échanges réciproques de biens et de services et se basant sur un lien personnel[2]. Après soixante-dix ans de régime communiste, les anciennes républiques se sont ouvertes il y a trente ans au marché global et à la mondialisation. Certaines de ces anciennes républiques se sont tournées vers le monde occidental, en adoptant leur modèle et en devenant des marchés d’écoulement des produits occidentaux, d’autres sont restés dans l’orbite diplomatique russe, balançant entre l’Occident et la Russie.

Des flux financiers transnationaux se sont mis en place entre l’ex-URSS et la reste du monde, en attirant les investisseurs étrangers vers ces nouveaux Etats. Mais parallèlement à ces investisseurs, se développèrent les élites locales, dont les acteurs principaux ont hérité de l’URSS les grandes lignes du clientélisme soviétique. Les trois décennies ont été caractérisées par la mise en place d’un tout nouveau système clientéliste impliquant presque toutes les élites des anciennes républiques soviétiques.

Pour une entreprise à capital étranger en Communauté des Etats Indépendants (CEI) regroupant les territoires de l’ancienne URSS demeurants sous influence russe, la corruption et les réseaux clientélistes peuvent présenter un risque avec des répercussions sur la réputation, l’obtention de contrats et des dépenses non-institutionnalisées, tout comme un avantage pouvant être inclus dans une stratégie de développement pour le territoire en question. La représentation qu’à un investisseur d’un territoire donné se répercute sur la prise de décisions. Ainsi, il est primordial de prendre en compte ces risques, d’analyser leur fonctionnement et leur modèle d’un point de vue géopolitique. Logiquement, vient la question suivante:

  • Comment les processus d’affaires des acteurs économiques étrangers sont impactés par le clientélisme dans le cas de la Russie ?

 

  1. Mise en contexte du clientélisme russe actuel

Avant de devenir l’URSS au début du 20èmè siècle, la Russie Impériale – le prédécesseur, avait déjà développé une forme de clientélisme dans la société. Ce clientélisme a des origines remontant au temps de la création de la gouvernance russe au début du millénaire précédent. Se forme sur le long terme une culture du clientélisme et une élite, qui se retranscrit dans une aristocratie des boyards, le servage, un favoritisme flagrant de Catherine II, puis dans les pratiques et hiérarchie des réseaux en URSS. C’est de cette URSS, et surtout l’URSS de l’après-guerre que les systèmes clientélistes de la CEI actuelle ont hérité et métamorphosé en grande partie les grands principes.

On peut tout à fait affirmer que le modèle étatique et politique de gouvernance en URSS est à l’origine du développement de la corruption dans une société fermée du monde extérieur. Pendant des décennies, les dirigeants politiques de la Russie soviétique et de l’URSS, ayant pour objectif stratégique de construire dans le pays une société communiste, donc égalitaire et prospère, a mené une lutte continue avec ses opposants politiques au sein du parti communiste afin d’obtenir la plénitude du pouvoir au sein du parti et de l’État. Pour assurer la continuité de ce pouvoir pour un groupe de personnes dans les hautes sphères, dans le centre qu’était Moscou et les républiques en périphérie s’est mis en place une structure relationnelle complexe verticale et horizontale ; entre ces périphéries et le centre, ainsi qu’entre les différents clans au sein du parti unique à tous les niveaux de la hiérarchie, que ce soit dans le centre ou en périphérie.

Au lieu d’une lutte politique ouverte pour le pouvoir, les clans luttaient pour placer leurs membres le plus haut possible, dans toutes les sphères et dans toute la verticale dans le système administratif. Dans le fait, le système était un réseau de groupes d’influence divisés territorialement[3], ainsi que par structure de force et par secteur économique dans le cas des cadres du parti. En ce qui concerne la division territoriale, les jeux de pouvoir découlaient des acteurs dirigeants des clusters industriels et agricoles spécialisés dans toute l’URSS, comme le cluster Ouzbek ou était concentrée la majeure partie de la production de coton, ou le cluster industriel militaire dans l’Oural.

A leur tour, ces territoires étaient divisés en zones encore plus petites, présidées par des cadres du parti se référant d’abord au centre régional (ou républicain), avant que ce centre ne se réfère à Moscou en tant que centre national afin de « plaider leur cause en vue d’une augmentation budgétaire ou d’une faveur quelconque »[4]. Un turnover constant dû aux nettoyages de cadres du parti et des organes du pouvoir a créé un système politique très centralisé, dont le principe de fonctionnalité se repose sur la loyauté aux « idéaux communistes et à la révolution du prolétariat », donc en réalité la loyauté personnelle envers le cadre dirigeant du parti et le groupe autour de lui incarnant le parti communiste[5].

Dans cette situation, la fermeture au monde extérieur de l’Etat concerne autant la société que l’économie, les deux facteurs pris en compte lors de la formation du système clientéliste soviétique. En se basant sur le principe d’autarcie totale et sur le monopole de l’Etat sur tous les secteurs après la politique de NEP dans les années 1920[6] , était prohibée toute ingérence économique extérieure comme la circulation de toute monnaie étrangère (passible de 3 à 15 ans de prison avec confiscation de biens selon l’article 88 du code pénal des républiques soviétiques), un import de biens étrangers très limité et des services opérés par des acteurs étrangers inexistants, tout comme l’entreprenariat provenant des citoyens soviétiques, malgré l’existence d’une importante économie parallèle[7].

Avec un tel cadre, se forme d’abord un sévère déficit de marchandises permanent, qui furent pour beaucoup de piètre qualité, duquel découle ensuite une représentation idéalisée d’un occident et de tout ce qu’y provient. Seule l’élite soviétique, pouvant voyager à l’étranger ou ayant l’accès aux magasins spécialisés aux marchandises occidentales pouvaient se procurer ces biens, sans délais d’attente dues à une économie planifiée. Par exemple, les diplomates soviétiques travaillant à l’ONU à New York, ainsi que le ministre des affaires étrangères de l’URSS et futur président de la Géorgie, Edouard Shevernadze et son entourage achetaient ces biens dans une boutique appartenant à un immigré soviétique Tamir Sapir, qui à la chute de l’URSS a formé un réseau avec ses anciens clients, faisant fortune ensuite dans la vente de pétrole russe aux Etats-Unis[8].

  1. Una place privilégiée pour l’Entreprise Etrangère dans ce système?

Dans la Russie moderne, placée dans le système de la mondialisation, la circulation et l’attrait des capitaux étrangers dans son économie fait partie des instruments les plus importants pour sa croissance et l’assimilation de nouvelles technologies. Les pays de l’ex-URSS ont presque tous fait le choix de s’ouvrir au marché international, en prenant des mesures pour obtenir des IDE dans leur différents territoires et secteurs économiques, en privilégiant et en y rendant plus profitable l’investissement via différents mécanismes. Par exemple, en Russie suite à la crise économique ayant suivi la crise sanitaire du SARS-2, V. Poutine a signé une loi réduisant les impôts pour les compagnies du secteur IT afin d’attirer des IDE étrangères dans le secteur. À partir du 1er janvier 2021, l’impôt sur le revenu de ces sociétés passera de 20% à 3% et les charges patronales de 14% à 7,6%. Dans le même temps, l’impôt sur les bénéfices, prélevé et alloué aux budgets régionaux, est annulé[9]. De plus, la création de zones économiques spéciales, offrant des conditions avantageuses pour des activités particulières est courant dans beaucoup de régions en Russie. Enfin, le Kazakhstan dans son nouveau projet du développement de son rôle de territoire de transit dans le concept de « Nouvelles routes de la soie », est en quête d’investissements dans son infrastructure et ses compagnies nationales.

Toutefois, pour mener à bien une affaire dans ces pays en question, les entreprises étrangères doivent se plier à des règles et coutumes locales qu’ils ne connaissent pas forcément, en procédant à des techniques de corruption. L’entreprenariat local, connaissant ces règles et coutumes et portant sur lui le fardeau de la corruption au bas et moyen niveau, en ayant subi auparavant un entreprenariat de force effectué par des acteurs étrangers au système étatique, est avantagé d’un point de vue de l’expérience du travail sur le marché par rapport aux investisseurs étrangers.

Si certains pionniers comme McDonalds où Philip Morris sont rentrés sur le marché post-soviétique très instable dès son ouverture au début des années 1990, la plupart des autres acteurs économiques étrangers sont massivement venus à la fin de la décennie et au début des années 2000, quand les Etats ont su reprendre en main leur situation économique bafouée par la chute du régime soviétique. Actuellement, les entreprises étrangères occupent des places relativement importantes dans les économies des pays de la CEI. Par exemple en Russie en 2014, les IDE étrangers étaient d’un montant de ~23 milliards de dollars sur un PIB de 3892 milliards[10], ce qui représenterait 0.59% du PIB qui dépendrait des investissements étrangers directs sans compter le PIB que ces derniers pourraient générer. En ce qui concerne l’Ukraine, qui en 2019 a reçu 3,7 milliards de dollars d’investissements sur un PIB de 153 milliards, la part des IDE dans son PIB est de 2,4%[11].

De plus, en Russie, sur 197 grandes entreprises répertoriés dans la liste d’entreprises d’importance systémique qui sont éligibles à une aide de l’Etat en période de crise, au minimum 18 appartiennent à 50% ou plus à des personnes physiques ou morales originaire hors-CEI[12]. Sur ces 18 entreprises, 10 demeurent toutefois des entreprises à capital pseudo-étranger, c’est-à-dire que malgré des parts détenues par des firmes étrangères, les bénéficiaires finaux se retrouvent des acteurs russes qui sont derrière ces firmes et les utilisent comme stratégie de contournement des impôts. L’entreprise « Evrocement » de cette liste par exemple appartient à une firme suisse du même nom qui à son tour ne dévoile pas les propriétaires[13]. L’entreprise « Metaloinvest » appartient à quatre compagnies chypriotes, qui toutes les quatre aboutissent à des oligarques russes, dont Alisher Ousmanov[14].

Ils existent toutefois des entreprises étrangères, issues notamment de l’Occident, participant tout de même au jeu de la corruption. Une place leur est accordée selon le niveau des liens que ces dernières ont dans l’appareil administratif, et donc à la ressource administrative à laquelle ils ont accès. Un exemple d’entreprise étrangère avec des liens à un haut niveau pourrait être Vinci, qui en 2009 via une firme russe dans laquelle avait part non seulement elle, mais aussi Arkadiy Rotenberg, un oligarque proche de Vladimir Poutine, a réussi à obtenir un contrat de construction d’un tronçon d’autoroute entre Moscou et l’aéroport Cheremetièvo. Cependant, plusieurs études ont montré que le projet de route choisi est le plus cher des douze autres projets, et qu’il aura l’impact environnemental le plus important. Ainsi, la convenance du projet est discutable car il existait un risque de détournement de fonds, tout comme le choix du fournisseur l’est aussi, car ce n’est pas via un marché public ouvert que le contrat a été obtenu[15]. D’autres acteurs bénéficiant de connections moins importantes toutefois utilisent des procédés similaires. Les acteurs plus bas dans l’échelle finissent par se référer aux acteurs hiérarchiques plus élevés de leur clan ou structure, ce qui au final mène à une verticale de corruption, dont les acteurs en tête se trouvent à Moscou et occupent des postes importants dans l’appareil étatique, disposant donc d’une ressource administrative. Le schéma d’acteurs suivant montre la place de l’acteur économique étranger qu’est Vinci dans la hiérarchie clientéliste du projet en particulier cité précédemment :

Si on doit résumer la place des acteurs étrangers en Russie actuelle, en la comparant à celle d’acteurs locaux, on peut déduire un avantage important – le risque quasiment nul de prise de contrôle illégal de la compagnie étrangère par des acteurs tiers disposant de ressource administrative, au risque de compromettre les relations avec le pays dont la compagnie est issue.

  1. L’industrie du tabac en Russie : étude de cas d’un marché aux acteurs exclusivement étrangers

L’industrie du tabac en Russie soviétique était comme tous les autres secteurs une propriété étatique, qui fut ouverte à la privatisation à partir de 1991. Contrairement à une grande partie des industries et services étrangers, l’industrie du tabac s’est rapidement installée en Russie et dans les pays de la CEI, en mettant en place un supply chain et des lignes de production, et en éliminant des concurrents locaux affaiblis. Le premier producteur de cigarettes étranger à s’être installé en Russie était Philip Morris, qui en 1993 a racheté une usine et y a démarré une production[16]. En presque trente ans de travail sur le marché russe, l’industrie du tabac a pris la réputation d’un secteur voué à la corruption. Le secteur en Russie retranscrit presque toutes les caractéristiques et points clés de la corruption et du clientélisme constatés, tout en sachant que l’intégralité des acteurs dominant le marché est étrangère.

L’industrie du tabac est donc l’exemple démonstratif par excellence de la place que peuvent occuper les acteurs étrangers réels (et non pas des acteurs locaux passant via des offshores) en Russie. En se basant sur le classement de l’indice de perception de la corruption de Transaprency International et en sachant que l’industrie du tabac dans le monde jouit d’un puissant lobby, qui de fait est une forme de corruption légalisée, on peut supposer que dans les pays de la CEI le travail de ces industries est plus fertile grâce à la corruption omniprésente et un clientélisme ouvrant la voie à des acteurs aux postes très élevés, permettant de créer des lobbys au plus haut niveau.

Malgré le fait que le nombre de cigarettes consommées par an baisse chaque année[17] pour des raisons de restrictions et politiques anti-tabac, ce dernier reste un produit très répandu, notamment en Russie qui est dans le top-10 des consommateurs mondiaux et dont le produit est notamment commandé par le ministère de la défense pour le redistribuer gratuitement aux personnels[18]. Ainsi, en tenant compte d’autres raisons comme la diversification de la production, les revenus de l’industrie ne baissent pas malgré une lutte au niveau mondial entre les acteurs de l’industrie et l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS), les Etats et les industries pharmaceutiques, se retranscrivant localement et de manière permanente en Russie, avec les représentants de tous les types d’acteurs au niveau local.

En Russie, le marché est principalement partagé entre trois grands acteurs transnationaux de l’industrie – Philip Morris (Etats-Unis), Japan Tobacco (Japon), et British American Tobacco (Grande Bretagne), avec une plus petite part pour Imperial Tobacco (Grande Bretagne) et un petit producteur local, Union Tobacco Factory Group, dont le modèle est basé sur l’imitation des marques existantes, donc sur la contrefaçon[19]. Avant 2018, un autre acteur russe, « Donskoy Tabak », dont la base juridictionnelle fut utilisée pour un schéma frauduleux de blanchiment et retrait de fonds vers des offshores étrangers par un député russe[20], était présent sur le marché, mais fut racheté par le géant japonais faute de pouvoir concurrencer les grands acteurs. Si les petits acteurs ne disposent pas de ressource administrative assez puissante pour influer sur les décisions politiques en Russie, c’est le « Grand 3 » de l’industrie du tabac qui est connu pour utiliser de tels leviers de pouvoir.

Les acteurs du « Grand 3 » de l’industrie travaillent en effet main dans la main dans la construction en Russie d’un lobby puissant qui freine les initiatives anti-tabac, aboutissant au final à d’accord de cartel. En 2012, ce lobby fut composé de plusieurs députés, assistants de ministres et du ministre de la culture Medinski, qui le fut jusqu’en mars 2020[21], ce qui représentait une ressource administrative assez puissante qui a pu freiner les législation pouvant impacter la consommation de tabac jusqu’en 2013, quand fut adoptée la loi anti-tabac cruciale, mettant en place des restrictions sévères, dont les conséquences ont réduit la production de cigarettes en Russie, destinée au marché intérieur, de 21%[22].

Au niveau international, les acteurs luttant contre le tabagisme autres que les institutions étatiques et internationales sont aussi les acteurs privés des industries pharmaceutiques et de l’assurance, et ce, pour des raisons commerciales. L’industrie pharmaceutique en effet concurrence celle du tabac sur l’offre de produits antidépresseurs et d’autres produits pouvant remplacer le tabac directement, comme les produits à base de nicotine non fumables, alors que les acteurs des assurances, surtout dans les pays où la médecine n’est pas garantie par l’Etat, doivent payer les frais médicaux aux assurés, liés aux conséquences de la consommation du tabac. D’un autre côté, les acteurs luttant contre l’industrie au niveau local en Russie sont principalement des grands acteurs étatiques, comme le ministère de la santé dont les motifs de la lutte sont de réduire le nombre de maladies dues au tabac, dont les fonds du ministère prennent en charge, alors que la participation des acteurs de l’industrie pharmaceutique n’est que très faible, l’offre des antidépresseurs n’étant pas autant répandue. Il n’existe donc pas encore d’acteurs systémiques privés en place et assez puissants pour lutter contre l’industrie du tabac en Russie, c’est donc uniquement l’État et des organisation financées par des acteurs privés de l’Occident, comme Michael Bloomberg[23], qui prennent ce rôle. Le schéma d’acteurs suivant montre les positions de l’industrie du tabac en Russie face à ces opposants :

Il reste intéressant de noter le modèle de distribution de la production qu’utilisent les acteurs de l’industrie. L’histoire de la distribution du tabac a débutée par une grande affaire de détournement de fonds et de corruption: au début des années 90, souhaitant soutenir l’expansion de l’église orthodoxe russe afin que ces derniers s’imposent comme idéologues de la nouvelle Russie, ainsi que les vétérans de la guerre en Afghanistan qui avaient formé un lobby semi-criminel puissant, le gouvernement russe a accordé des privilèges pour l’importation d’alcool et de tabac à diverses fondations affiliées à l’église orthodoxe russe et aux structures de force. L’idée n’a pas été à la hauteur des attentes – comme l’ont admis plus tard les représentants de l’État eux-mêmes, via le « couloir humanitaire » passaient en plus des (ou parfois au lieu de) produits autorisés de base des voitures, de l’électroménager, etc. A cause de ces schémas clandestins, le budget fédéral a perdu d’importants revenus, et à la fin des années 1990 la voie d’import hors taxes a été fermée après que tous les acteurs informels ont pu en profiter. Cette histoire a reçu dans la presse le nom « Scandale du tabac »[24]. Au moment de la fin de ce stratagème, les acteurs transnationaux de l’industrie du tabac avaient déjà ouvert leurs sites de production en Russie et des dizaines de petites et moyennes entreprises sont devenues les distributeurs de leurs produits. Mais la concurrence loyale entre les distributeurs n’a pas duré longtemps, jusqu’à l’arrivée d’acteurs haut-placés dans l’échelle clientéliste russe.

En effet, ce sont deux grands acteurs commerciaux, « Mercuriy » et « SNS » qui détiennent près de 95% du marché de la distribution de la production. Ces deux géants ont été fondés et appartiennent toujours à des personnalités issues de structures de forces ayant pour patrons des fonctionnaires haut-placés du service fédéral de sécurité (FSB)[25], la structure de force la plus influente dans la politique et la société russe. Igor Kesaev, un oligarque à qui appartient le groupe « Mercuriy » détenant 75% du marché, est le parfait exemple d’homme d’affaires parfaitement ancré dans le système clientéliste, assuré de toute prise de contrôle illégale de son affaire par ses contacts au sein du FSB et ayant une collaboration passée avec le clan mafieux de « Solntsevskie »[26]. Ces distributeurs n’ont sans doute pas été choisis au hasard compte tenu de la ressource administrative à laquelle ils ont accès. Leurs concurrents ont soit été rachetés par les deux distributeurs, soit les industriels les ont quittés pour collaborer avec les deux entreprises détenant le monopole.

Le « Grand 3 » de producteurs, afin d’éliminer la concurrence locale depuis l’entrée de leur production sur le marché russe en 1991 et l’implantation de leurs sites de production en 1993, ont privé les pays de la CEI, dont la Russie, de l’autonomie en production de tabac via le rachat de pratiquement tous les sites productions, et via l’import de la matière première des autres pays en dehors de la CEI. En suivant une logique de diversification des canaux de fournisseurs, les industriels du « Grand 3 » n’achètent pas de matière première en Russie, qui en période soviétique fut le fournisseur de près de 6% des besoins totaux de l’industrie nationale du tabac[27], et importent la plante de tabac depuis le Brésil, le Malawi, l’Inde, la Chine et les Etats-Unis[28].

Malgré les possibilités de faire pousser et d’importer la matière première de proximité depuis les autres pays de la CEI disposant des technologies nécessaires, d’un climat optimal et de terres arables, disposant de sa propre production comme l’Ouzbékistan[29], utilisant notamment les facilités que permet notamment l’Union Douanière, le choix des industriels transnationaux se fait au profit des producteurs mondiaux. Vient la question si cela se fait pour des raisons purement commerciales, la production et l’import en Russie dans les cinq pays cités auparavant coutant moins cher que le même procédé dans les pays de la CEI, ou bien si cela est une volonté politique que de priver la Russie d’une certaine forme d’autonomie économique et de l’intégrer de plus en plus dans la mondialisation.

De plus, en tenant compte des pratiques malveillantes de corruption qu’utilisent en Russie les industriels du tabac et leurs partenaires directs – les distributeurs liés au gouvernement et aux hauts fonctionnaires, ces derniers ne se font pas sanctionner alors qu’ils rentrent en vigueur du Foreign Corrupt Practices Act étatsunien et du Bribery Act britannique, les deux ayant un effet extraterritorial. D’un côté il est possible de supposer que les actes de lobbying ne sont pas considérés comme de la corruption par ces deux législations, alors qu’en Russie cette pratique soit répandue (notamment le lobbying des intérêts de certaines structures de force ou de certains ministères) et ne soit pas réglementée, prenant une ampleur incontrôlable et mettant en jeu des sommes d’argent astronomiques en plus des autres formes de corruption déjà existantes.

Il reste tout à fait supposable que la Russie aussi à son tour motive politiquement ses décisions restrictives concernant les industriels du tabac étrangers. Par exemple, depuis que Philip Morris en 2015-2016, suite à une baisse de ses revenus sur le marché russe due à la chute du cours du rouble et des conséquences des lois contre le tabac, a introduit le système de réchauffement du tabac iQOS, censé « remplacer dans 20 ans » la production tabagique classique[30], la rhétorique des hauts de la hiérarchie clientéliste russe concernant l’installation à long terme de cette production dans le pays est négative, certains députés la définissant de « menace à la sécurité nationale »[31].

L’utilisation des possibilités de l’Union Douanière concernant l’export de production reste donc envisageable par les industriels, ainsi en 2017 Philip Morris a déclaré sa volonté d’ouvrir un centre de Recherche et Développement (R&D) en Arménie, pays faisant partie de l’Union Douanière, après un refus des autorités russes d’autoriser l’ouverture d’une structure similaire sur leur territoire, vaguement motivée par des raisons de santé publique[32]. Malgré les restrictions qu’impose la Russie à l’industrie, les revenus de ces derniers augmentent en permanence en Russie. Le graphique ci-dessous démontre une augmentation constante des bénéfices nets, malgré les fluctuations, de Philipp Morris International, le plus grand acteur en Russie :

Source :https://www.audit-it.ru/buh_otchet/7710298176_ooo-filip-morris-seylz-end-marketing // https://www.kursvaliut.ru/средний-обменный-курс-за-месяц // Conversion du rouble au cours moyen du dollar américain (USD) du mois de décembre de chaque année

Globalement, l’industrie du tabac transnationale tente d’avoir la même approche de l’influence informelle sur les autorités russes qu’elle a adoptée dans d’autres pays, via les leviers comme le lobbying dans les structures créatrices de législations, la lutte d’influence médiatique etc. Le système clientéliste qu’a adapté la Russie et les pays de la CEI dans son orbite n’est que très partiellement utilisé par l’industrie du tabac, le recours à la ressource administrative se faisant dans le cadre du lobbying et via les distributeurs privés et exclusifs ayant des contacts directs. Les stratagèmes et schémas frauduleux couramment utilisés par les élites russes ne sont pas utilisés par les acteurs étrangers de ces industries, d’un côté par crainte de ces derniers de sanctions dans le cadre des lois ayant un principe extraterritorial s’appliquant donc aux firmes américaines et britanniques, puis d’un autre côté, probablement par décision politique des dirigeants russes, qui ayant une représentation de l’Occident comme d’un adversaire, ne souhaitent pas voir s’installer des acteurs occidentaux dans ces stratagèmes.

Conclusion

Dans ce système duquel profitent pleinement les acteurs des élites locales pour s’enrichir et prendre le pouvoir, tout en luttant entre eux à leur niveau, les acteurs étrangers, surtout Occidentaux n’ont pas la même place privilégiée en Russie et dans les pays de son orbite politique, ayant toutefois d’anciennes républiques soviétiques aujourd’hui devenues pro-occidentales dans leur orientation diplomatique qui facilitent l’accès et le travail des investisseurs étrangers sur le territoire. Ceux souhaitant travailler en Russie et avec ses alliés, acceptent et agissent selon les règles non-officielles en vigueur dans chaque territoire, en pouvant soit rentrer partiellement dans le système clientéliste via des consultants-facilitateurs ou des partenaires locaux, usant de leur ressource administrative et profitant uniquement d’une partie des possibilités que ce système offre, soit ne pas y entrer, si ces acteurs étrangers sont sous la menace des sanctions prévues par les lois anticorruption extraterritoriales américaines et britanniques. Les acteurs économiques locaux sont quant à eux plus susceptibles à rentrer pleinement dans le système clientéliste sous risque de se faire prendre illégalement le contrôle par des acteurs ayant accès à une plus grande ressource administrative.

L’industrie du tabac en Russie, composée de grands acteurs principalement étrangers et occidentaux est l’exemple démonstratif de la place qu’un acteur occidental peut avoir dans la Russie de Poutine. Régulé d’un côté par des lois étrangères sévères auxquelles sont rattachés les géants de l’industrie, ces derniers disposaient d’abord d’un puissant lobby recruté au sein de l’administration russe via notamment les partenaires de ces industries – les distributeurs de production ayant des contacts haut placés dans la hiérarchie clientéliste. D’un autre côté, ayant le monopole du marché, ces industries délocalisent et répartissent sur d’autres pays la production de matière première, pour des raisons commerciales ou bien politiques. Enfin, les industries gardant globalement une approche identique dans la promotion de ses intérêts dans tous les pays, la Russie, pour des raisons probablement aussi politiques limite de plus en plus les actions de ces industries occidentales, même dans les cas de leurs investissements financiers directs, rentrant dans le cadre de la stratégie économique russe.

Toutefois, toutes les entreprises étrangères ne sont pas éligibles à cette représentation négative qu’ont les autorités russes. Les entreprises françaises comme Vinci ont su profiter du système clientéliste pour gagner des marchés publics, et sans doute d’autres entreprises et administrations de pays occidentaux, voir des pays comme la Chine ou les Etats Arabes, sont rentrés dans le système et ont pu s’enrichir parallèlement aux élites locales. Compte tenu de la politisation du monde des affaires russes, de l’implication des acteurs de l’état avec leur représentation occidentale comme d’un adversaire dans les processus économiques et le développement du « business patriotisme », cette face-là du système clientéliste reste donc à étudier, en prenant en compte des acteurs autres qu’américains et britanniques, donc ceux avec les pays d’origine desquels la Russie a le plus de tension.

Références

[1] Vse horoshee o Deripaske [Tout le bien sur Deripaska] // http://www.compromat.ru/page_10030.htm consulté le 20/08/20

[2] Jean-Louis BRIQUET, « CLIENTÉLISME », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 22 août 2020. En ligne : http://www.universalis.fr/encyclopedie/clientelisme/

[3] Exemple d’un clan d’influence dans la Nomenklatura (establishment soviétique) issus d’un territoire particulier, le clan de Dniepropetrovsk

[4] Limonier, Kévin, Russie : comprendre le risque à l’investissement grâce à la géopolitique, Sécurité et stratégie, vol. 16, no. 1, 2014, pp. 5-13.

[5] Popov Mikhaïl, Korrupcija v SSSR i sovremennaja Rossija [Corruption en URSS et la Russie moderne], Théorie et pratique du développement social, no. 1, 2009, p. 6-11.

[6] La Nouvelle Politique Economique, dont le but était de relever l’économie d’un jeune Etat en ruines après la guerre civile, consistait à lever le monopole étatique sur la majorité des secteurs économiques, d’autoriser l’entreprenariat sous forme de PME et d’attirer des investissements de l’étranger sous forme de concessions.

[7]  Kyran Roger, Keny Thomas, Prodavshie socializm. Tenevaja jekonomika v SSSR [Qui a vendu le socialisme. L’économie parallèle en URSS], Exmo, Moscou, 2009,304p.

[8] Timur Sapir kak «Zerkalo amerikanskoj mechty» [Timur Sapir comme miroir du rêve américain] // https://www.vnovomsvete.com/articles/2014/10/01/timur-sapir-kak-zerkalo-amerikanskoy-mechty.html consulté le 16/06/20

[9] Alpatova Irina, Prezident podpisal zakon o snizhenii nalogov dlja IT-kompanij [Le président a signé une loi sur les réductions d’impôts pour les entreprises informatiques] // https://rg.ru/2020/07/31/prezident-podpisal-zakon-o-snizhenii-nalogov-dlia-it-kompanij.html consulté le 11/08/20

[10] gks.ru

[11] minfin.com.ua

[12] Soutien étatique aux entreprises d’importance systèmique // http://old.economy.gov.ru/minec/about/structure/depSectorEconom/2015020801 consulté le 10/08/20

[13] Informations à propos de la compagnie disponible sur son site web : https://eurocement.ru/cntnt/eng10/our_compan2/eurocement28.html

[14] Plus de la moitié des actions appartiennent aux firmes USM STEEL & MINING GROUP LIMITED et USM INVESTMENTS LIMITED enregistrées à Chypre et appartenant à l’oligarque // https://e-disclosure.ru/portal/files.aspx?id=13358&type=6 consulté le 10/08/20

[15] NGOs file a complaint against Vinci Russia for corruption of foreign public officials in Khimki Forest motorway case [Des ONG déposent une plainte contre Vinci Russie pour corruption d’agents publics étrangers dans l’affaire de l’autoroute de la forêt de Khimki] // https://bankwatch.org/press_release/ngos-file-a-complaint-against-vinci-russia-for-corruption-of-foreign-public-officials-in-khimki-forest-motorway-case consulté le 11/08/20

[16] Privatizacija – Inostrannye investory naverstali upushhennoe  [Privatisation – Les investisseurs étrangers se raattrapent] // https://www.kommersant.ru/doc/59741 consulté le 17/08/20

[17] Euromonitor International. “Passport Database.” London, UK, 2017

[18] Des cigarettes de la marque « Perekur » commandées auprès d’un producteur local appartenant à Japan Tobacco

[19] Pankratova Irina, Nou-hau tabachnyh magnatov Dmitrija Shikovca i Eleny Luzhanskoj [Savoir-faire des magnats du tabac Dmitry Shikovets et Elena Luzhanskaya] // http://www.compromat.ru/page_40047.htm consulté le 17/08/20

[20] Cherez « Donskoj tabak » vykurili milliony [Des millions furent fumés en passant par « Donskoy Tabak »] // http://www.compromat.ru/page_31274.htm consulté le 17/08/20

[21] Levkovitch, Evgueni, Kak piarshhik Medinskij, deputat Gosdumy Shkolkina s muzhem, lobbist ot minsel’hoza Kulik, akter Bojarskij dali strane prikurit’  [Comment le publicitaire Medinsky, le député de la Douma d’État Shkolkina avec son mari, le lobbyiste du ministère de l’Agriculture Kulik et l’acteur Boyarsky ont fait fumer le pays] // http://www.compromat.ru/page_32349.htm consulté le 17/08/20

[22] Okurki proshlogo [Les mégots du passé] // https://www.kommersant.ru/doc/2466697 consulté le 17/08/20

[23] La Russie fut bénéficiaire pendant plusieurs années de plusieurs millions de dollars fournies par le milliardaire américain et l’ancien maire de New York, Michael Bloomberg, destinés à financer le lobby anti-tabac// Sokolova Anna, Kurenie: za i protiv  [La fumée : pour et contre] // https://www.forbes.ru/forbes/issue/2009-07/6889-kurenie-za-i-protiv consulté le 18/08/20

[24] Silouianiova Polina, Selivanova Maria, Pravoslavnij Ofshor [L’offshore orthodoxe] // http://www.compromat.ru/page_15759.htm consulté le 18/08/20

[25] Anine, Roman, Ochen’ gluboko zatjanulis’… [Latte très profonde …] // https://novayagazeta.ru/articles/2011/05/31/5264-ochen-gluboko-zatyanulis consulté le 18/08/20

[26] Nikomaev Andrei, Kto vlijaet na generala s Lubjanki? [Qui influence le général de Loubianka?] // http://www.compromat.ru/page_16979.htm consulté le 18/08/20

[27] Tabachnaja otrasl’ nuzhdaetsja v perezagruzke [L’industrie du tabac a besoin d’un redémarrage] // http://www.rustabak.ru/page.php?ELEMENT_ID=55562 consulté le 18/08/20

[28] Données et classement actuels pour la période de Juillet à Septembre 2019. Disponible sur web : https://ru-stat.com/date-M201907-202006/RU/import/world/042401

[29] Tabakovodstvo v Urgutskom rajone Uzbekistana [La culture du tabac dans la région d’Urgut en Ouzbékistan] // https://www.samuzinfo.net/легенды-статьи/табаководство-в-узбекистане/ consulté le 18/08/20

[30] Fedorova Nadejda, Glava Phillip Morris — RBK: «Sigarety stanut tehnologichnym produktom»  [Le patron de Phillip Morris – RBC: « Les cigarettes deviendront un produit technologique »] // https://www.rbc.ru/interview/business/11/07/2016/578261c69a7947256d8c0028 consulté le 19/08/20

[31] Pochemu jelektronnye sigarety nazvali bomboj zamedlennogo dejstvija [Pourquoi les cigarettes électroniques ont été appelées une bombe à retardement] // https://www.ridus.ru/news/246694.html consulté le 19/08/20

[32] Kompanii « Filip Morris » zapretili travit’ kuril’shhikov svoej « zabotoj »  [Les entreprises de Philip Morris ont interdit l’empoisonnement des fumeurs avec leur «bienveillance»] // https://life.ru/p/940843 consulté le 19/08/20